JOCKO, STAR MALGRÉ LUI

Si vous prenez un jour la route qui mène de Nantes à la petite ville de Blain, en Loire-Atlantique, vous apercevrez une drôle de statue de taureau sur le rond-point à l’entrée de la ville. Un panneau indique qu’il s’agit de Jocko-Besné. Mais qui était ce taureau ? Une star de cinéma, à l’affiche d’un film célèbre ? Une mascotte du Salon de l’agriculture ? Eh bien… pas du tout !

400 000 descendants !

Jocko-Besné était en fait un taureau reproducteur qui vécut de 1994 à 2012. Comme beaucoup d’autres taureaux, il a passé presque toute sa vie dans un centre spécial où sont gardés les mâles utilisés pour l’insémination des vaches. En effet, peu de gens le savent, mais les animaux d’élevage vivent très rarement en famille. Ainsi, comme ils ont des fonctions différentes, les taureaux utilisés pour la reproduction vivent séparés des vaches, destinées quant à elles à la production de lait. Aujourd’hui, il est de plus en plus rare que les vaches et les taureaux se rencontrent pour se reproduire : les vaches sont fécondées avec du sperme de taureau congelé que les éleveurs commandent sur catalogue. C’est ce qu’on appelle l’insémination artificielle.

Pour obtenir ces semences, des entreprises spécialisées élèvent des taureaux, dont le sperme peut être vendu et envoyé dans le monde entier. C’est ainsi que, sans avoir vu de vache de toute sa vie, Jocko-Besné est devenu célèbre pour son « rôle » au Centre de regroupement et d’intensification des taureaux élite reproducteurs (Criter) situé à Blain : on estime aujourd’hui qu’il est le grand-père – et même l’arrière grand-père – d’environ 400 000 vaches à travers le monde, nées d’une de ses 161 888 filles. Quelle descendance !

SÉLECTION GÉNÉTIQUE


Dans les élevages, la reproduction des animaux par insémination permet de mieux contrôler les gènes qui vont se mélanger, pour obtenir des animaux les plus performants possible. On cherche à mettre au monde les vaches qui produisent le plus de lait, les cochons et les poulets qui grossissent le plus vite, les poules qui pondent le plus d’œufs… Pour cela, on choisit de ne reproduire que les animaux « champions », c’est-à-dire ceux qui ont les meilleures performances de production.

L’industrie de la viande, des œufs et du lait a ainsi obtenu des poulets qui atteignent aujourd’hui leur taille adulte en 35 jours seulement (au lieu de 70 jours autrefois), des poules qui pondent plus de 300 œufs par an (contre quelques dizaines pour leurs cousines sauvages), et des vaches qui produisent environ 6 700 litres de lait par an, soit au moins 4 fois plus que ce dont leur veau aurait besoin.

Animal-machine

Jocko-Besné a vécu une vie de taureau reproducteur de la race Prim’Holstein, la fameuse race des vaches blanc et noir très utilisées dans l’industrie laitière. Grâce aux performances de ses centaines de milliers de filles à travers le monde, il est devenu une véritable star des catalogues et a produit plus de 1 730 000 doses de semences valant 10 fois le prix standard. On estime aussi qu’il a rapporté environ 15 millions d’euros à ses propriétaires durant sa vie.

Mais Jocko-Besné était-il heureux de cette vie solitaire en bâtiment ? Était-il sensible aux médailles et aux applaudissements ? On peut en douter. Georges Fortuna, le sculpteur de la statue de Jocko, a choisi de le représenter comme une machine, faite de métal, de câbles et de tuyaux. L’artiste a-t-il voulu nous faire réfléchir au sort de ces animaux reproducteurs ?

ET L'HOMME CRÉA LA VACHE


Réalisé par Jean-Christophe Ribot, le documentaire Et l'homme créa la vache explique comment les filières d'élevage ont utilisé les techniques de la sélection génétique pour créer des animaux qui pourraient produire plus de lait, au détriment de leur santé physique.

Un film pédagogique et passionnant, à acheter ou à louer sur Arte!