nos sites

Un océan de plastique

Dix tonnes de plastique sont produites dans le monde chaque seconde. Et ça, pour les animaux marins, c’est un gros problème.


Cliquer ici pour télécharger l'article + exercices au format PDF pour la classe.


Bouteilles, sacs, emballages alimentaires, pailles : beaucoup de nos produits jetables sont en plastique... alors qu’il s’agit d’un matériau quasiment indestructible. Pas très malin ! Surtout que, petit à petit, il envahit aussi les océans...

La déferlante de plastique

Une fois qu’il est jeté à la poubelle, le plastique est peu recyclé : il est souvent enterré, brûlé, parfois même emporté vers les océans. Même si on habite loin de la mer, il est possible que le plastique qu’on jette s’y retrouve un jour. Emporté par le vent ou les cours d’eau, il parcourt parfois de longues distances avant de finir dans les mers. On estime que 5 à 13 millions de tonnes sont déversées dans les océans chaque jour !

Bouteille en plastique

Le plastique : fiche d'identité

Un plastique est une matière qui peut se modeler, généralement à chaud. Il existe de nombreux types de plastiques (vinyle, polyéthylène, nylon...

On trouvait déjà des plastiques en Égypte antique sous forme de colles, mais c’est au XXe siècle, suite à de nombreuses innovations, qu’il a envahi nos vies.

Aujourd’hui, le plastique est principalement conçu à base de pétrole ou même de gaz. Il en existe aussi à base de maïs.

Dans l’eau, le plastique se dégrade lentement sous l’effet du rayonnement solaire et des vagues. Il se fragmente en tout petits morceaux, puis en microparticules, et enfin en nano-particules (à ce moment-là, on ne peut même plus les voir à l’œil nu).

Un grand danger pour les animaux marins

Très souvent, les animaux marins confondent les morceaux de plastique avec de la nourriture, et les avalent par erreur. C’est le cas des tortues marines ou des cachalots, qui prennent les sacs plastiques pour des méduses, ou même de certains oiseaux marins comme les puffins, qui récupèrent des morceaux de plastique pour nourrir leurs petits !

Le plastique est même entré dans toute la chaîne alimentaire : lorsque les poissons ne l’avalent pas directement, ils se nourrissent de plus petits poissons ou de zooplancton... qui ont eux-mêmes absorbé des particules de plastique. Pour les animaux, les conséquences sont dramatiques. Ils peuvent mourir d’une obstruction de leur système digestif, ou alors d’épuisement : avec du plastique dans leur organisme, ils doivent fournir des efforts supplémentaires pour nager.




Filets de pêche = double risque mortel pour les animaux

La pêche commerciale est devenue une immense industrie. Utilisé pour capturer plus de 1 000 milliards de poissons chaque année dans le monde, le matériel de pêche perdu ou abandonné en mer est aussi une importante source de pollution plastique. Selon certaines études, les filets de pêche à la dérive représentent 70 % des déchets plastiques flottants..

Près de 640 000 tonnes de filets de pêche sont ainsi abandonnés dans les océans chaque année. Non seulement ces objets se dégradent et risquent d’être avalés par les animaux, mais ils peuvent également piéger des poissons supplémentaires ou des mammifères marins. Selon l’ONG World Animal Protection, ils causent la mort d’environ 136 000 baleines, phoques, otaries, dauphins par an... ainsi que d’innombrables poissons.

Agissons contre le plastique !

En France, le gouvernement a déclaré vouloir recycler tout le plastique jeté d’ici 2025, mais... c’est un immense défi ! Par ailleurs, de plus en plus de personnes se mobilisent pour trouver des solutions.

C’est le cas de Flossie, une jeune Irlandaise de 11 ans. Attristée par le nombre de déchets plastiques sur le littoral, elle a monté un club de nettoyeurs des plages nommé « Flossie and the Beach Cleaners ». Le but de Flossie et ses amis : ramasser les bouteilles, les canettes, les chaussures et même parfois les appareils électroménagers échoués sur les plages. Mais ce n’est pas tout : la jeune fille a récolté de l’argent pour acheter une poubelle des mers (un système qui aspire les déchets plastiques au large en protégeant les animaux et la flore marine). Et si, comme Flossie, nous agissions pour protéger les animaux marins ?

Des soupes au goût amer

Cinq « soupes plastiques » ont été repérées dans les océans : il s’agit de gigantesques amas de déchets plastiques, qui sont rassemblés au même endroit par l’effet des courants marins.

La plus grande de ces « soupes » de débris plastiques se trouve dans le nord de l’océan Pacifique, entre le Japon et les États-Unis. Et elle fait trois fois la taille de la France !


Le clin d'oeil

de Rosa B.