nos sites

Aidez l'Hirondelle à reprendre son envol !


L’Hirondelle appelle à l’aide : ce centre de soins pour animaux sauvages a dû fermer ses portes récemment, faute de moyens financiers pour accueillir de nouveaux protégés. Pourtant, les refuges jouent un rôle important pour les habitants des prairies et des forêts ! Anne, qui travaille à l’Hirondelle, nous explique pourquoi les centres de soins pour animaux sauvages sont essentiels, et comment les aider.



À la rescousse des animaux sauvages !


Lorsque l’Hirondelle a ouvert ses portes en 1998, il était d’abord question de n’y recueillir que des oiseaux, mais il y avait tant d’autres animaux sauvages en détresse que le centre a peu à peu commencé à soigner également de petits mammifères. Et maintenant, au centre de soins, on accueille tout le monde ! « On récupère tous les animaux sans discrimination, explique Anne, on ne choisit pas quels animaux méritent d’être soignés ou non selon leur espèce. Au fil des années, nous avons accueilli des animaux appartenant à 239 espèces différentes ! »

Eh oui, l’Hirondelle a pris sous son aile de très nombreux oiseaux (martinets, tourterelles, merles, pigeons...) mais aussi des lapins, hérissons, fouines, martres, renards… Au total, ce sont 42 000 animaux qui ont pu être accueillis depuis l’ouverture : un nombre impressionnant ! Ces animaux en détresse ne sont accueillis que le temps d’être soignés, car à l’Hirondelle, le maître mot est liberté : les animaux sont remis sur pieds (enfin, sur pattes) pour retrouver au plus vite leur milieu de vie sauvage. Il est donc important qu’ils ne soient pas trop exposés à la présence des humains : non seulement cela peut les stresser, mais ils pourraient aussi devenir trop dépendants de l’aide des bipèdes ! « Notre objectif, c’est de ne garder aucun animal en captivité, de rendre leur autonomie aux animaux », rappelle Anne. En moyenne, les animaux restent 35 jours au centre de soins, mais s’ils en ont besoin, ils peuvent parfois y rester bien plus longtemps… En tout cas, dès qu’ils sont en bonne santé et que c’est le bon moment de l’année, tous sont relâchés !





Aider les animaux : un travail d’humains


Les animaux arrivent au centre pour de nombreuses raisons : ils ont souvent été blessés par un autre animal sauvage, ou même par un chat (les félins domestiques sont de redoutables prédateurs pour certains animaux sauvages !). Les chocs avec les voitures sont aussi un grand problème pour les animaux sauvages. Des orphelins sont aussi pris en charge : privés de leur mère, ces jeunes animaux ne survivraient pas sans les soins du refuge. Et ces dernières années, un autre problème pour les animaux est venu s’ajouter à la liste : le dérèglement climatique. « Les canicules, mais aussi les tempêtes ou les averses de grêle se multiplient », rappelle Anne. Par exemple, chaque été, de nombreux bébés martinets s’écrasent au sol, car la chaleur dans leur nid, sous les toits, est tellement insupportable qu’ils se jettent dans le vide pour y échapper...

Heureusement, les humains qui s’activent à l’Hirondelle sont sur le pied de guerre pour aider tous ces animaux : l’été, lorsque le centre est rempli, ils sont parfois jusqu’à 35 par jour à s’occuper d’eux ! Ainsi, des bénévoles parcourent le département pour récupérer les animaux en détresse qui leur ont été signalés, mais donnent aussi un coup de main pour réparer les installations du centre, comme les volières. Quant aux soigneurs, ils sont mobilisés pour panser les blessures, donner les médicaments, mais aussi nourrir les oisillons : certains d’entre eux doivent être alimentés jusqu’à 15 fois par jour – oui oui, même la nuit ! Un travail de longue haleine... jusqu’à leur envol vers la liberté !




L’Hirondelle a besoin d’aide !


Au fil des années, le centre de soins est devenu un acteur essentiel à l’aide des animaux sauvages de la région : en effet, il s'agit de la seule structure qui peut recevoir des animaux sauvages dans la Drôme, l'Ardèche, le Rhône et la Loire ! Oui, mais voilà : soigner les animaux coûte cher… Et ces dernières années, les sollicitations pour des prises en charge ne cessent d’augmenter. Depuis quelques mois, les trois sites de l’Hirondelle (à Saint-Forgueux, à Dardilly et à Crest), saturés et nécessitant des travaux d’agrandissement, ont dû fermer leurs portes, et ne peuvent plus prendre en charge de nouveaux animaux : un véritable drame pour les lapins comme pour les blaireaux, les vautours ou les moineaux…

C’est sûr, l’Hirondelle, comme tous les autres animaux sauvages, aurait bien besoin d’un coup de pouce. Heureusement, il est aussi possible de l’aider à rouvrir ses abris aux animaux !

L'Hirondelle

AIDER L'HIRONDELLE !


Pour pouvoir rouvrir ses 3 centres de soins et être en mesure d'accueillir les animaux sauvages blessés ou orphelins, l'Hirondelle a besoin d'aide !


Si vous le pouvez, n'hésitez pas à participer à sa cagnotte en ligne, et à la partager autour de vous. Vous pouvez aussi suivre le centre de soins sur sa page Facebook, ou visiter son site Internet.


Il est aussi possible de joindre le centre de soins pour animaux sauvages par mail, à l'adresse [email protected] ou par téléphone au 04 74 05 78 85.

Abonnement Mon Journal Animal

S'abonner à Mon Journal Animal !


Mon Journal Animal, c'est un journal sur les animaux – et ceux qui les défendent ! Jeux, dossiers, actus, BD... Une lecture complète et ludique, pour en apprendre plus sur nos amis à plumes, à poils ou à écailles, pour les 10 - 14 ans (ou les plus grands !).

Envie de recevoir l'actu des animaux directement dans votre boîte aux lettres ? Abonnez-vous (ou abonnez un proche !) pour seulement 6 euros par an (3 numéros).

Psst, l'abonnement à Mon Journal Animal est complètement gratuit pour les établissements scolaires, les bibliothèques ou centres culturels.