nos sites

Jay, un éleveur au grand cœur

Un jour, Jay Wilde, éleveur de vaches et végétarien, a pris une importante décision.


Cliquer ici pour télécharger l'article + exercices au format PDF pour la classe.


Être éleveur de vaches et végétarien, en voilà une drôle d’idée ! C’était pourtant le cas de Jay Wilde, un fermier anglais du Derbyshire qui ne mangeait plus de viande depuis 25 ans. Comme il avait l’impression que son choix entrait en contradiction avec son métier, Jay a pris une grande décision.


« Regarder les vaches dans les yeux »

Jay est né et a toujours vécu à Bradley Nook Farm, la ferme de ses parents. Lorsque son père a pris sa retraite, il a décidé de s’occuper à son tour de l’exploitation. À force de côtoyer les vaches de près, Jay a appris à les connaître : « Les vaches se reconnaissent entre elles, et ont une très bonne mémoire. Elles ressentent de nombreuses émotions : elles peuvent être tristes, joyeuses, s’ennuyer, s’enthousiasmer. » Et plus il les comprenait, plus il était mal à l’aise en mangeant de la viande : c’est ainsi qu’il a choisi d’être végétarien.

Changer de vie pour sauver des vies

Mais, même végétarien, un éleveur doit continuer d’envoyer les animaux à l’abattoir pour gagner sa vie : « Je ne pouvais plus les regarder dans les yeux, j’avais l’impression de les trahir. » La situation était devenue insupportable, alors Jay a décidé de changer de métier. Pour continuer de vivre à la ferme, l’idée était toute trouvée : l’ancien éleveur est devenu producteur de légumes bio ! Pour ne pas impliquer d’animaux du tout, il s’est même lancé dans l’agriculture vegan, qui n’utilise aucun engrais d’origine animale. Bien joué !


Un nouveau départ pour Jay et pour les animaux

Lorsque Jay a décidé de changer de métier, il y avait encore 73 vaches dans sa ferme, et il ne voulait pas les envoyer à l’abattoir. Mais que faire de tous ces animaux ? Un jour, il a reçu un coup de fil : le refuge Hillside acceptait d’accueillir tout le troupeau ! « C’était vraiment le rêve, de savoir qu’elles pourraient rester ensemble, et vivre tranquillement le reste de leurs vies », raconte Jay. Aujourd’hui, il y a encore 17 vaches chez Jay. Comme ses 11 chats et ses 2 chiens, elles peuvent profiter de leurs journées sans crainte, dans les pâturages. Bradley Nook Farm est bel et bien devenu un havre de paix.