nos sites

Belgique : nouvelles lois pour protéger les animaux

À Bruxelles, en Wallonie et en Flandre, de nouvelles lois pour protéger les animaux.


Bonnes nouvelles pour les animaux ! En Belgique, les gouvernements des régions de Flandre et de Wallonie ont annoncé l’adoption de nouvelles lois de protection des animaux. Un exemple à suivre pour la France ?


Des lois qui défendent les animaux, petits et gros !

En Wallonie, le nouveau Code du bien-être animal comprend de nombreuses mesures pour mieux protéger les animaux de compagnie. Par exemple, les propriétaires de chiens et de chats devront désormais les faire identifier : une protection importante pour ces animaux si jamais ils se perdent ou se trouvent à la rue. Le coût de cet enregistrement sera reversé aux refuges qui recueillent les animaux abandonnés, ou qui n’ont pas eu la chance de trouver un foyer. Astucieux !



Mais ce n’est pas tout : en Wallonie, l’utilisation d’animaux dans les spectacles se voit aussi réglementée. Les parcs aquatiques ne pourront plus détenir d’orques ou de dauphins, et les cirques ne pourront plus détenir en captivité des animaux sauvages, comme les tigres, les lions ou les éléphants, ni les utiliser dans leurs numéros. Carlo Di Antonio, le Ministre wallon du Bien-être animal s’est appuyé sur de nombreux rapports vétérinaires pour déclarer que ces conditions de vie n’étaient pas du tout adaptées à des animaux sauvages. En Wallonie, l’élevage de poules en cage ne sera plus autorisé non plus. À Bruxelles, à l'initiative de la secrétaire d'Etat au bien-être animal, la stérilisation des chats de particuliers est désormais obligatoire, comme en Wallonie et en Flandre.

Interdiction de certaines pratiques d’élevage et d’abattage

En Wallonie et en Flandre, l'interdiction d'élever des animaux pour leur fourrure a été adoptée. En Flandre, le Ministre du bien-être animal va encore plus loin, en annonçant la fin du gavage (l’alimentation forcée pour produire le foie gras) des oies et des canards, comme c'est déjà le cas à Bruxelles ! Des mesures de protection ont aussi été prises concernant l’abattage des animaux : la vidéosurveillance en abattoirs est désormais obligatoire en Wallonie, ce qui pourrait limiter les infractions.

Et en France ?

La plupart de ces pratiques sont toujours permises en France. En mai dernier, le Parlement a même rejeté de nombreuses mesures qui auraient pu mieux protéger les animaux… Pourtant, des sondages indiquent que 90 % des Français souhaiteraient que l’élevage des poules en cage soit interdit, par exemple. La France rattrapera-t-elle bientôt son retard ?