nos sites


Plus tard je voudrais être... gérante de bar à chats !


Au bonheur des chats, le café dans lequel travaille Pénélope, est pour le moins original : les clients peuvent venir y boire un thé ou manger un gâteau, mais aussi… adopter un chat ! En quoi consiste le travail de gérante de ce bar à chats ? Comment cela permet-il à Pénélope d’aider les animaux ? Mon journal animal le lui a demandé !



Bonjour Pénélope ! Comment as-tu eu l’idée d’ouvrir un bar à chats ?

J’aime beaucoup le Japon, et là-bas il y a de très nombreux bars à chats : les clients y vont pour boire un verre et rencontrer les animaux. Avec mon ami Charly, nous étions tous les deux engagés dans la cause animale, alors nous avons eu envie d’ouvrir un lieu comme ça, mais qui serait avant tout utile aux animaux !

Nous avons donc eu une idée : les chats qui sont dans notre café ne sont pas là pour décorer, ils ont besoin d’une seconde chance dans la vie et il est possible de les adopter.


Alors, à quoi ressemble Au bonheur des chats ?

Comme dans un café « normal », les gens peuvent entrer ici pour boire un verre ou manger un morceau. La différence, c’est qu’il y a entre 6 et 8 chats qui se promènent autour d’eux, qui viennent chercher des câlins, qui dorment dans des hamacs… Si les minous veulent être tranquilles, ils peuvent aussi aller dans une pièce rien qu’à eux, où ils ne sont pas dérangés. Sur leur table, les clients trouvent des informations sur les chats, et si le courant passe avec l’un des pensionnaires du café, ils peuvent déposer un dossier d’adoption : l’association Ron’Rhône prendra ensuite contact avec eux pour les détails de l’adoption et l’arrivée du chat chez eux !

Et pour aider aussi les autres animaux, nous avons décidé de proposer à nos clients de la nourriture 100% végétale : les plats salés, les pâtisseries et les boissons que nous faisons ne contiennent ni viande, ni lait, ni œufs.



Est-ce que ce travail te permet d’aider les animaux ?

Oui : depuis l’ouverture il y a 2 ans, près de 100 chats ont trouvé une famille grâce à notre café ! Certaines histoires m’ont beaucoup marquée : je me souviens de Vanille, une magnifique chatte noire de 5 ans, qui n’avait jamais eu de visite lorsqu’elle était en famille d’accueil, mais qui a finalement été adoptée par une jeune fille qui venait au café. Lorsque je l’ai revue, Vanille était transformée : on voyait qu’elle était épanouie dans sa nouvelle vie ! Je repense aussi à Hokkaïdo, un gros matou de 10 ans, qui était malade et qui avait eu pas mal de malheurs dans la vie : pas facile de lui trouver une nouvelle maison – mais on a réussi !

Notre café permet aussi de sensibiliser les clients en montrant que les chats adultes méritent tout autant notre attention que les chatons, qu’il est important d’adopter des animaux qui n’ont pas de famille plutôt que d’en acheter chez des éleveurs ou d’en récupérer via des sites Internet, ou même qu’il est nécessaire de stériliser ses animaux de compagnie. En effet, on laisse naître de trop nombreux chatons chaque année, alors que beaucoup d’adultes n’ont même pas de toit !




Quelles études as-tu faites pour devenir gérante de bar à chats ?

Aujourd’hui, il n’y a pas vraiment d’études pour faire ce métier en particulier, mais j’avais une formation de barista, et je savais donc tenir un café (gérer l’argent, parler aux clients, etc.). Et mon collègue Charly était déjà un pro de la cuisine !

Avant d’ouvrir notre café, nous avons quand même dû suivre une courte formation sur l’hygiène en cuisine et obtenir une certification pour pouvoir nous occuper des animaux de compagnie. Tout le monde peut donc ouvrir un bar associatif, à condition d’être formé, d’aimer les animaux, de ne pas avoir peur de travailler beaucoup et d’être assez patient pour gérer les bêtises des animaux – et des humains !

Ron Rhône

L'ASSOCIATION RON'RHÔNE


Au bonheur des chats, tous les animaux sont confiés à Charly et Pénélope par l'association Ron'Rhône. Cette association recueille des chats ayant besoin d'une seconde chance et les confie à des familles d'accueil en leur cherchant une nouvelle famille. Ils stérilisent également les chats des rues pour limiter les naissances de chatons. Pour en savoir plus, rendez-vous sur association-ronrhone.fr.